• Please donate! We need your support! / Faites un don! Nous avons besoin de votre appui!
  • »Please donate! We need your support! / Faites un don! Nous avons besoin de votre appui!
  • »Please donate! We need your support! / Faites un don! Nous avons besoin de votre appui!
  • »Please donate! We need your support! / Faites un don! Nous avons besoin de votre appui!
  • »Please donate! We need your support! / Faites un don! Nous avons besoin de votre appui!
  • »Please donate! We need your support! / Faites un don! Nous avons besoin de votre appui!

Nous nous souviendrons d’eux

Cérémonie Centre Juno BeachTôt le matin, 6 juin 1944. 14 000 Canadiens s’ apprêtent à débarquer sur les plages en Normandie pour libérer l’Europe alors sous le joug du régime nazi. Lorsque les portes des péniches s’ouvrent, les soldats s’élancent bravement sur la plage et affrontent le feu ennemi avec l’objectif d’établir une tête de pont sur la côte française et de repousser les Allemands. Après d’intenses combats, ils parviennent à sécuriser les plages, mais le prix est élevé. 340 Canadiens y laissent leurs vies et plus de 500 d’entre eux sont blessés. En ce 6 juin 2014, 70 ans plus tard, nous nous sommes réunis au musée canadien de la Deuxième Guerre mondiale en France, le Centre Juno beach, en compagnie de nombreux vétérans et citoyens canadiens pour honorer leur mémoire et commémorer le sacrifice des soldats qui combattirent entre 1939 et 1945. Ce fut une cérémonie très touchante et j’ai pu constater, au nombre de personnes rassemblés pour l’occasion, que le souvenir est encore vif dans nos mémoires et que nous ne sommes pas prêts d’oublier leur sacrifice. Les vétérans disent souvent que les “vrais” héros sont ceux qui sont tombés au combat,  mais à mes yeux, ils le sont tous et je me considère privilégiée d’avoir pu assister à la cérémonie en leur compagnie aujourd’hui. Je leur dis à tous merci et je poursuivrai le devoir de mémoire une fois de retour au Canada avec une plus grande compréhension des efforts et sacrifices réalisés par ces soldats en 1944 pour que nous puissions aujourd’hui vivre dans un monde libre.

Maryse Bédard